Fédération Française des Ecoles de l'Esthétique Parfumerie
  • Par Anne-Sophie Gamelin
  • Posté le 15 mai 2017

Cap sur l'avenir

État des lieux

Comme l'a rappelé M. Frédéric Lefret, Secrétaire de la CNEP en charge du développement et président de la FFEEP (Fédération Française des Ecoles de l'Esthétique Parfumerie) lors de son intervention aux 3èmes Assises de la Beauté et du Bien-être, le secteur de la beauté et du bien-être en France représente : 

• 288 465 entreprises, qui englobent aussi bien de grands groupes comme LVMH, L'Oréal, Yves Rocher, que des centaines de PME et PMI et des milliers de TPE. 

• 542 846 salariés dont 80 % de personnes qualifiées et 20 % de non qualifiées.

• Un chiffre d'affaires de 37,5 Md d'euros. 

• Le 3ème secteur exportateur de France.

Dans un contexte où séniorisation de la société, culte du jeunisme et temps de loisir plus important induisent des changements dans les habitudes de consommation, les prévisionnistes tablent sur un doublement de la consommation des services de beauté et de bien-être dans les cinq ans à venir (sachant que seulement 8 % de la population consomme des services de beauté et de bien-être aujourd'hui). Ce développement devrait permettre de créer 10 000 emplois supplémentaires en France, pour moitié sous forme de création d'entreprises ou d'auto-entrepreneuriat, pour l'autre sous forme de salariat.

Face à cet enjeu, la CNEP entend porter à l'attention du nouveau gouvernement cinq problématiques majeures pour lesquelles elle attend des propositions :

1 - Problématiques communes à toute l'économie

La fiscalité imposante par rapport aux autres pays de l'Union européenne. 

• La réglementation et la normalisation excessives.

• L'instabilité fiscale peu propice aux investissements.

2 - Problématiques pour les entreprises de services employant une main d'œuvre importante

Les charges salariales plus élevées en France que chez ses concurrents européens ou mondiaux. 

• La complexité de la gestion des ressources humaines.

• Le seuil des 50 salariés par entreprise, qui constitue un frein à l'embauche.

3 - Problématiques spécifiques au secteur

Le flou juridique qui subsiste pour certains exercices comme l'utilisation de technologies high tech, malgré une réglementation qui légifère l'accès au marché du travail (diplôme obligatoire pour exercer).

4 - L'ubérisation 

L'autorisation de l'usage domestique de certains appareils utilisant des technologies innovantes, alors que son usage professionnel par l'esthéticienne est interdit. 

5 - Engagements et conséquences

Ce dernier point résume à lui seul les précédents : la clarification des modalités d'exercice professionnel, la sécurisation de l'exercice, la stabilité juridique et l'allègement des charges salariales permettraient au secteur de s'engager pour 5 ans quant à la création de 15 000 emplois supplémentaires et à l'augmentation d'une valeur ajoutée de 25 %.

 

www.cnep-france.fr 


Les autres articles de la rubrique

Brochure destinée aux esthéticiennes et prothésistes ongulaires

La Febea et la CNEP proposent une brochure spécialement dédiée aux esthéticiennes et prothésistes ongulaires

  • Par la FEBEA en partenariat avec la CNEP
Masque noirs FEBEA

Attention aux masques noirs non conformes

Si certaines tendances beauté ou make up sur les réseaux sociaux peuvent prêter à sourire, d'autres peuvent s'avérer être dangereuses, à l'instar des fameux masques noirs anti-points noirs. La FEBEA met en garde contre certains de ces produits, à l'origine de réactions indésirables.

  • Par la rédaction

Lumière pulsée

Le 14 décembre dernier, la première chambre civile de la Cour de cassation a confirmé une condamnation civile prononcée à l'encontre d'instituts de beauté qui pratiquaient l'épilation par lumière pulsée. Maître Simhon, Avocat en droit de la santé et conseil de la CNEP, délivre son analyse.

  • Par Maître Simhon

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017