le boudoir parisien
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 05 janvier 2018

Le Boudoir parisien : le luxe à la française

Les cosmétiques, c’est l’univers de Vanina depuis toujours. « À 5 ans, je collectionnais plus les rouges à lèvres et les poudriers que les poupées », se souvient-elle en riant. À l’origine de cette passion, sa mère, qui l’emmenait chez les grands noms de la parfumerie comme Caron ou Guerlain, sa tante première main chez Dior et, surtout, une merveilleuse grand-mère. « Grâce à elle, j’ai croisé Elizabeth Arden, j’ai découvert les salons d’Yves Saint Laurent. J’étais fascinée. C’est elle qui m’a inculqué le luxe à la française. Coquette, toujours tirée à quatre épingles, elle incarnait la Parisienne dans toute sa splendeur », raconte Vanina, âgée aujourd’hui de 39 ans. 

Une passion dévorante 
Pourtant, quand l’adolescente annonce à ses parents sa volonté de se lancer dans l’esthétique, le « non » est catégorique et sans appel. « Ton bac d’abord, ta passion après », lui ont-ils répondu. Obéissante, Vanina écoute ses parents, passe son bac, s’inscrit dans une fac de droit, valide un master en droit des affaires et poursuit avec un MBA de luxe et beauté. Parallèlement, elle enchaîne les petits boulots, jusqu’au jour où elle est engagée dans un institut Point Soleil. Son employeur comprend que l’esthétique est sa passion. Il lui propose de travailler ses cours de fac pendant les heures creuses à l’institut et lui offre des formations chez les grandes marques comme Carlotta ou Laugier.Vanina établit le business plan de sa maison de beauté. « Le concept, un endroit chaleureux et cosy qui traduirait le luxe à la française, et le nom, Boudoir parisien : j’avais déjà tout ça en tête depuis des années ». En hommage à sa grand-mère, dont l’appartement ressemblait à un boudoir chic des années 1930. 

Créer sa marque
Mais ouvrir un salon ne suffit pas. Vanina veut aussi créer ses produits. Pendant deux ans, elle cherche et élabore ses formules jusqu’à obtenir la qualité recherchée. « Je voulais des produits conçus, formulés et fabriqués en France. » Deux marques voient le jour : Le boudoir parisien, pour le visage et le corps, et Divine Idylle Paris. Aujourd’hui, six ans après l’ouverture, dans sa maison de beauté, Vanina, aidée par deux esthéticiennes, rayonne. Heureuse d’avoir pu transformer sa passion en réalité. 

Votre établissement a tout ce qu’il faut pour devenir « l’institut du mois » ? Posez votre candidature par mail. 

 


Les autres articles de la rubrique

MEN'LY aux petits soins pour les hommes

Rien ne prédestinait Aude à se spécialiser dans les soins pour hommes et, pourtant, cela lui a tellement plu qu’elle a décidé de leur consacrer un institut de beauté.

  • Par Isabelle Louet
instant a soi

Instant à soi : un plongeon dans le grand bleu

Deux bassins d'hydrothérapie, une douche polysensorielle, une fontaine à glace, un jacuzzi, un hammam, un sauna, sans compter deux salles de relaxation et dix cabines de soin pour les massages, quand elle parcourt les couloirs des 600 m2 de son institut, l'Instant à soi, Angélique a encore du mal à se rendre compte que cet endroit est le sien. Tant elle en a rêvé.

  • Par Isabelle Louet

Annamaya : l'art du bien-être

Premier prix des Spas de France urbains en 2014 et 2016, le succès d'Annamaya est avant tout celui d'une femme de caractère, Karine Aroutounian.

  • Par Isabelle Louet

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2018