• Par Marie Dürrenbach
  • Posté le 18 octobre 2016

Les nouveaux concepts de beauté

Le Beauty truck

Lorsqu'elles étaient petites, on les appelait les cocottes ... Un nom prédestiné ? C'est en pensant aux fous rires partagés que ces deux amies d'enfance ont surnommé leur entreprise Le Boudoir des cocottes. Fans de beauté et des années 1950, Ingrid et Estelle en avaient assez d'attendre en salon pour une manucure ou un coup de peigne.

Elles ont donc, en toute logique , crée en octobre 2013, sur le principe des food trucks, le premier van de beauté. En petite estafette rose poudré, aux allures rétro, les phares bordés de long cils, elles sillonnent la capitale en proposant des pauses de quinze minutes (ou un peu plus) pour une mise en beauté, un coup de peigne ou une pause de vernis.

En résumé, une version adulte du camion de Barbie ! Les prix sont doux (pose de vernis simple : 7 euros ; nail art : 1 euro l'ongle ; maquillage à partir de 5 euros et coiffure de 15 euros). Le choix des produits est pertinent : Essie, Manucurist, Peggy Sage, Mac.

Humour, convivialité expertise font le reste : la formule est pointue et décalée. Seul problème, elle séduit tellement le monde de l'événementiel que le public doit prendre son mal en patience pour repérer les trajets de l'estafette.

 

Découvrez la suite des conseils pour contrôler les stocks dans le magazine Beauty Forum numéro : je m'abonne ici !

 

 

 

 


Les autres articles de la rubrique

Devenez un institut rentable

Coût de vos produits, du matériel (tables de soin, linge, ampoules…), du temps de travail, de la consommation d’eau, de l’électricité, du loyer… Que vous reste t-il à la fin du mois ?

  • Par Beauty Forum
Snapchat

Snapchat, quésaco ?

Si vous côtoyez des ados, Snapchat ne vous est alors pas inconnu. Vu l’engouement que suscite ce réseau social, on peut se demander s'il est utile de s'y attarder. Adamas Ly, expert du web fait le point. Un intérêt ou pas ? Verdict.

  • Par Muryel Jappont Louis-Marie
Vitrines

Vitrines : susciter l'envie de pousser la porte

On parle beaucoup du parcours client en point de vente, mais on oublie parfois qu’il commence dans la rue, avant même d’entrer, au moment où se crée l’envie ou non de pousser la porte d'un institut. Dans ce premier contact, où tout se joue en quelques secondes, la vitrine joue un rôle de premier plan.

  • Par Carole Florent

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017