• Par Maître Simhon
  • Posté le 16 janvier 2017

Lumière pulsée

Il est tout d'abord important de rappeler que cette décision ne change pas le droit applicable jusqu'à présent, c'est-à-dire que la Cour applique strictement le texte, à savoir l'arrêté du 6 janvier 1962 qui interdit aux non-médecins l'épilation hormis celle effectuée à la pince ou à la cire. 

Cependant, cette décision doit être lue avec prudence.

1° L'arrêt de la Cour de cassation a été rendu par une Chambre civile. Il faut donc le relativiser, dans l'attente d'une éventuelle future décision de la Chambre criminelle ou mieux, d'Assemblée plénière.

2° Le 24 février 2016, la Cour d'appel de Paris a rappelé que les appareils d'épilation à lumière pulsée sont en libre circulation : il n'y a aucune faute, nous dit la Cour, à les vendre à des esthéticien(ne)s. L'arrêt de la Cour de cassation ne modifie pas cette jurisprudence.

3° Surtout, et c'est un point essentiel : dans le dossier jugé par la Cour de cassation, la Cour d'appel avait considéré l'arrêté de 1962 comme conforme au droit de l'union européenne. La Cour de cassation a censuré la Cour d'appel sur ce motif. La Cour de cassation se refuse à vérifier la conformité ou non de l'arrêté par rapport aux règles de l'union européenne, renvoyant implicitement cette question à d'autres instances. La question reste donc totalement en suspens et sera à nouveau soumise au niveau européen (notamment par la CNEP) afin de démontrer cette illicéité de notre droit national par rapport à celui de l'Union européenne.

4 ° En dernier lieu, il sera rappelé que le ministère de la Santé a saisi l'ANSES d'une mission d'expertise sur les appareils à ondes électromagnétiques à visée esthétique (dont les appareils à lumière pulsée). Le rapport de l'agence sanitaire, qui est annoncé pour ce début d'année 2017, permettra de négocier avec les Pouvoirs Publics une nouvelle réglementation sur ces actes professionnels.


Les autres articles de la rubrique

Soyez en conformité avec la loi

Suite à un recours déposé par la CNEP et le SNPBC, le Conseil d'État a modifié le 27 juillet dernier la loi portant sur l'affichage obligatoire pour la prestation UV, ce qui a bien évidemment des conséquences pour les instituts, les spas et les centres de bronzage. Explications.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Instituts : vos nouvelles obligations

Pour le règlement cosmétique européen, tout le personnel esthétique acquiert le statut de distributeur dès qu’il vend un produit cosmétique à un consommateur. Comment cela se passe-t-il dans la réalité ? La mise au point de la FEBEA.

  • Par la Rédaction

Rassurez vos clientes

Tout juste un an après une première publication mettant en cause certains ingrédients contenus dans les cosmétiques, UFC Que Choisir a actualisé et élargit son analyse à 400 produits cosmétiques. Largement relayée dans les médias, cette publication inquiète vos clientes. La FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté) a réagi: des pistes pour les rassurer.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017