• Par Johanna Anselem
  • Posté le 11 décembre 2016

ILS SE SONT LANCÉS

On peut se faire belle rapidement, pas besoin d’y passer des heures.

Olivier Jouanne va à l’encontre des clichés. Car c’est bien un homme d’une cinquantaine d’années qui se cache derrière le Flash Beauty Bar. Et lui, il a attendu plusieurs années avant de tomber dedans. Pendant vingt ans, Olivier a été à la direction commerciale d’une grande marque de textile. Grâce à sa femme, à la tête d’un spa, il a toujours eu un œil sur le milieu. Avec les années, son intérêt pour ce secteur a grandi. C’est donc tout naturellement qu’il a quitté son poste dans la mode pour se consacrer à la beauté. « J’ai beaucoup observé ma femme et son affaire. Une chose était évidente pour moi, je ne voulais surtout pas monter un concept de plus. J’attendais vraiment d’avoir la bonne idée », confie Olivier Jouanne. 

Un concept dans l’ère du temps

 
Et cette bonne idée, il l’a eue.
En 2014, dans une rue animée du 17e arrondissement de Paris, il installe son Flash Beauty Bar. Quelque 50 m2, à la décoration épurée où le blanc et le rouge dominent, dans lesquels l’entrepreneur a voulu s’adapter aux attentes de notre société. « Aujourd’hui, nous sommes dans un monde où tout doit aller vite. Les clientes n’ont pas le temps, ne le prennent pas. Alors, j’ai voulu leur proposer un endroit où elles pouvaient réaliser quatre soins différents en un minimum de temps », évoque Olivier Jouanne. Pour répondre à cette problématique, ce lieu cosy propose des manucures, des prestations dédiées au regard (épilation des sourcils, du visage, teinture, dermopigmentation), des soins du visage et un espace maquillage. Le tout, dans un timing serré : trente minutes pour les ongles, quinze pour les sourcils, etc. Mais, pour lui, hors de question que rapidité rime avec raté. « Dans l’établissement, les praticiennes sont formées pour faire vite et bien. Le travail n’est pas bâclé », souligne-t-il. De sa carrière dans le textile, le nouveau venu dans l’esthétisme a appris que l’accueil constituait la base du métier. « Le lieu est chaleureux, notre équipe également. Pour moi, l’accueil représente 20 % de la prestation », annonce le chef d’entreprise. Aux autres entrepreneurs qui envisagent d’ouvrir leur propre lieu, il les met en garde.

« Aujourd’hui, c’est compliqué de se lancer. Ne le faites que si vous êtes bien préparés avec un vrai projet ». 
Et pour la suite ? Olivier rêve d’ouvrir d’autres salons à Paris, avant, qui sait, de partir à la conquête du reste de la France.

 

Si vous aussi, vous vous êtes lancés, faites nous parvenir votre installation, votre expérience à : institut@health-and-beauty.fr


Les autres articles de la rubrique

Égéries de l'été

Elles sont à l’aube de leur vie… et les marques cosmétiques leur font les yeux doux. Lever de rideau sur les égéries de l’été : « filles de » ou comédiennes, elles font le buzz pour leurs sponsors.

  • Par la Rédaction

ILS SE SONT LANCÉS

Du rêve à la réalité. Ce qui n’était qu’un projet, il y a quelques mois, est devenu un institut. Le leur.

  • Par Johanna Anselem
isabelle_trombert

Isabelle Trombert, élue Personnalité Spa de l'année 2017

Chaque année, l'Association Spa-a qui représente la branche professionnelle du secteur spa en France, remet le prix de la personnalité de l'année.

  • Par Muriel Masiero

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017