Institut du mois la Parigote
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 29 mai 2017

La Parigote, l’amour du contact

Toute petite déjà, Lydie Olivier, 38 ans aujourd’hui, savait qu'elle monterait sa propre affaire. « Quand on est fille de bistrotiers, c'est une évidence », assure-t-elle avec fierté. Parce qu'elle a le sens du commerce, c'est certain, mais aussi, et surtout, parce qu'elle aime le contact avec les clients, les échanges qui en découlent, les rencontres, les petits et grands bonheurs partagés, les chagrins à réconforter... « Cet univers de convivialité me plaisait, mais j'ignorais alors dans quel domaine j'allais me lancer, car je ne voulais pas marcher sur les traces de mes parents. Je souhaitais monter ma propre affaire, vivre mes expériences personnelles », sourit-elle. 


Un coup de cœur inattendu

L'école va l'aider à se décider. « Je n'étais vraiment pas faite pour le système général, se rappelle-t-elle en riant. Je m'ennuyais. » Se pose alors la question d'une orientation. Une chance pour Lydie. « Comme beaucoup de filles de mon âge, j'aimais tout ce qui touchait à la beauté. » Ce sera donc un CAP à l'école Françoise Morice à Paris, puis un BEP d'esthétique. 
Son diplôme en poche, Lydie part travailler à Londres pour se perfectionner dans la langue de Shakespeare. Pendant deux ans, tout en apprenant l'anglais, elle se forme dans divers salons d'esthétique. « Tout y est très différent. Deux ans plus tard, Lydie revient en France et postule dans un centre Carita, un rêve de toujours. Elle commence alors à travailler au spa Mosaïque du Hilton, à deux pas de la place de l'Etoile, dans le 17e arrondissement. 

À l'heure du grand saut

« Mes origines de fille de bistrotiers ont vite repris le dessus, poursuit-elle. L'expérience de la clientèle internationale, c'est enrichissant ; mais j'avais envie de retrouver une ambiance de quartier ! » Direction donc la rue du Cherche-Midi. « J'ai eu le coup de foudre pour ce lieu, se souvient-elle. Un an plus tard, elle apprend que l'institut est à vendre. « Je n'ai pas hésité une seule seconde. Mes parents m'ont aidée et les banques m'ont suivie. » Elle relooke totalement le salon, mais reste sous l'appellation Maison de Carita jusqu'à ce jour de 2016 où elle décide de créer sa propre marque. 

« Pour les soins du visage, Carita, c'est parfait ; mais, pour le corps, aucune marque ne répondait à mes attentes. Je voulais des huiles qui s'adaptent aux besoins des différentes peaux, qui les nourrissent et les adoucissent. Alors, à défaut de les trouver, je les ai créées avec ma formulatrice.

Il y a La Résistante, une huile fermeté à base d’huile de tamanu ; La Délicate, une huile douceur à l’amande douce ; et L’Espiègle, une huile lissante à base de café vert et de menthol. Surtout, j'ai développé trois poudres gommantes à mélanger à une huile : La Palais Royal pour les peaux fines avec de la pulpe de noix de coco, de l’écorce d’orange et une pincée de sable volcanique de Tahiti ; La Montmartre pour les peaux normales avec son écorce d’orange, un peu de sable noir et un soupçon de cranberry pour une exfoliation en profondeur, mais sans irriter ; et La Quartier Latin pour les peaux épaisses avec des poudres de cranberry, de riz et d’amande. » Des produits naturels, efficaces et au design tendance. « Heureusement que j'ai une super équipe à mes côtés, car tenir un institut est déjà un sacré challenge. Alors, lancer sa marque de produits, c’est une aventure qui demande une énergie hors norme. Mais mais tellement gratifiante. » Son prochain défi : s'imposer dans des corners concept stores pour vendre et faire connaître ses produits.

 

La Parigote 
39, rue du Cherche-Mmidi 
75006 PARIS
01 45 49 13 57
la-parigote.com 

 


Les autres articles de la rubrique

Spa La vie est belle où quand le temps suspend son envol...

Sa réussite, Sophie Lavaire la doit à une alchimie réussie entre une belle approche commerciale et un sens aigu du service.

  • Par la rédaction

L'institut du mois : LE B'O SPA THERMAL

Centre de soins, lieu de villégiature, le B'O Resort de Bagnoles-de-l'Orne s'impose comme un espace de repos d'excellence. Le secret : le management sans faille de son président, Sylvain Sérafini.

  • Par Isabelle Louet
Kineospa

KinéÔspa, le soin au champagne

Gérer un spa avec toutes les contraintes que l'eau exige n'est pas facile. Pourtant, Xavier et Marc ont plongé sans hésiter dans l'aventure.

  • Par Isabelle Louet

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017