• Par David Simhon
  • Posté le 14 février 2017

Minceur, à chacun son métier

Eu égard à la crise juridique qui a secoué le domaine de la minceur en 2011, il faut rester extrêmement prudent dans vos pratiques. N’oubliez pas que vous êtes des professionnels de la beauté, et non des médecins. 

 

• Vous devez faire de l’amincissement, pas de l’amaigrissement ! Et l’action sur la silhouette doit être maîtrisée : perte de quelques centimètres de tour de taille, pas plus, amélioration de la silhouette, diminution de l’aspect peau d’orange, tonification des tissus. 

• N’acceptez pas une cliente qui présenterait manifestement une forme d’obésité. 

• Éliminez de votre communication les discours pseudo-médicaux (destruction de cellules graisseuses, lyses adypocitaires, et j’en passe…) : ils font légitimement peur aux autorités de contrôle sanitaire. La pérennité de l’activité est à ce prix.

• Enfin, cela va sans dire, fuyez toutes les techniques qui peuvent entraîner un percement de la peau. Elles sont même interdites aux médecins. Les utiliser en institut de beauté serait juste une folie.

 

Alors, qu’est-ce qui est légal ?

La radiofréquence, les ultrasons, la cryo-esthétique, l’électrostimulation, le palper-rouler, les appareils avec rouleaux de stretching cellulaire, la vibropercussion, les saunas froids, les couvertures chauffantes, les infrarouges…

 

Retrouvez l'article complet dans le numéro de février de Beauty Forum. Pour vous abonner, rendez-vous sur www.beauty-forum.fr

 


Les autres articles de la rubrique

Masque noirs FEBEA

Attention aux masques noirs non conformes

Si certaines tendances beauté ou make up sur les réseaux sociaux peuvent prêter à sourire, d'autres peuvent s'avérer être dangereuses, à l'instar des fameux masques noirs anti-points noirs. La FEBEA met en garde contre certains de ces produits, à l'origine de réactions indésirables.

  • Par la rédaction

Minceur, à chacun son métier

Comme chaque année au printemps, la minceur revient sur le devant de la scène. Face à une clientèle de plus en plus exigeante, aux demandes parfois excessives, la tentation peut être grande d'outrepasser ses prérogatives. Maître Simhon, Avocat en droit de la santé, fait le point sur ce qui est autorisé et... ce qui ne l'est pas !

  • Par David Simhon

Pratique de la dermopigmentation, ce que dit la loi !

Comme pour toutes les professions touchant à l’esthétique du visage et du corps, le métier de dermographe est soumis à la législation. Maître François Stifani, avocat au barreau de Grasse, fait le point sur la réglementation applicable à cette profession.

  • Par La rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017