• Par Anne-Sophie Gamelin
  • Posté le 01 mars 2017

Rassurez vos clientes

L'association rappelle ainsi que les produits cosmétiques sont sûrs grâce :

- à la réglementation européenne qui est la plus sûre au monde

- à une réglementation qui évolue pour tenir compte des dernières connaissances scientifiques et qui s'appuie sur un Comité d'experts indépendants, le Comité Scientifique pour la Sécurité du consommateur (CSSC)

- aux engagements forts du secteur qui vont au-delà des réglementations

- aux efforts de toutes les entreprises du secteur qui ont pour priorité absolue la sécurité des consommateurs.

 

Des produits cosmétiques ultra-contrôlés

Dans son dossier intitulé "Des produits sûrs, assurément", la FEBEA stipule que l'absence de risque pour le consommateur repose sur trois principes : 

- la sécurité des matières premières (ingrédients ou substances) et du produit fini

- la qualité des techniques de fabrication

- la surveillance du marché

Ainsi, tout produit cosmétique, avant d'être mis sur le marché, doit faire l'objet d'un "dossier d'information sur le produit" très complet, qui est en permanence actualisé et tenu à disposition des autorités sanitaires.

En complément des règles qui encadrent la fabrication et la commercialisation des produits,  il a été mis en place par les autorités et les fabricants un système de "cosmétovigilance" et de surveillance du marché pour toujours plus de sécurité. Il est renforcé par un vrai pouvoir de sanction des autorités, notamment par le biais de l'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) et de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Ainsi, l'ANSM peut immédiatement retirer du marché tout produit qui présenterait un risque sanitaire.

 

Rappelons enfin que les entreprises françaises ont adopté en 2009 un code de bonnes pratiques pour le développement des produits pour enfants et qu'elles se sont engagées en 2013 à retirer la MIT des produits non rincés.

Plus d'info sur www.febea.fr et www.quechoisir.org


Les autres articles de la rubrique

Minceur, à chacun son métier

Comme chaque année au printemps, la minceur revient sur le devant de la scène. Face à une clientèle de plus en plus exigeante, aux demandes parfois excessives, la tentation peut être grande d'outrepasser ses prérogatives. Maître Simhon, Avocat en droit de la santé, fait le point sur ce qui est autorisé et... ce qui ne l'est pas !

  • Par David Simhon

Pratique de la dermopigmentation, ce que dit la loi !

Comme pour toutes les professions touchant à l’esthétique du visage et du corps, le métier de dermographe est soumis à la législation. Maître François Stifani, avocat au barreau de Grasse, fait le point sur la réglementation applicable à cette profession.

  • Par La rédaction

Pratique du modelage et du massage bien-être

La réponse de madame Marisol Touraine à la question écrite du député M. Frédéric Barbier a conduit la CNEP et deux de ses syndicats à réagir. Maître Simhon, Avocat en droit de la Santé, analyse cette réponse par rapport au cadre réglementaire en vigueur.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2017