LAURA-B
  • Par Isabelle Louet
  • Posté le 29 juillet 2020

INSTITUT LAURA B : L'INSTITUT DE QUARTIER

À l’heure actuelle, ce qui prime pour la jeune entrepreneuse, c'est de renforcer le lien de confiance qu’elle entretient avec ses clients, de plus en plus nombreux au fil des mois. « Pendant la fermeture, pour ne pas perdre contact avec eux, j’ai tout de suite mis en place la vente en ligne de mes produits. J’ai aussi pris de leurs nouvelles régulièrement par SMS. » Et cela a fonctionné. À peine la reprise d’activité a-t-elle sonné, que son agenda est de nouveau complet. 

 

Une écoute bienveillante 

Son secret ? Une prise en charge globale des clients : « S'ils viennent chercher un moment de détente, de bien-être, certains éprouvent aussi le besoin de se confier. On se doit de les aider à se détendre et de les écouter. On a un peu un rôle de psy », sourit-elle. Ce contact, cette relation de confiance, c'est le moteur qui pousse Laura à toujours innover pour répondre au mieux à leurs attentes. Pour preuve, ses soins pour enfants : 

On associe un soin pour le corps, avec de la sophrologie, du yoga ou un massage. On leur apprend à respirer, à gérer leurs émotions, à se libérer de leurs peurs, du stress de l'école. Peureux lors du premier rendez-vous, les enfants demandent souvent à revenir. » D'ailleurs, depuis la fin du confinement, les rendez-vous pour ce soin explosent. Pour les adultes, elle joue la carte de la personnalisation et du suivi : « On discute toujours des besoins, des attentes, on soigne l'accueil, on prend le temps de partager, d'échanger autour d'un thé. » Parmi tous les protocoles proposés, Laura a une préférence pour le soin visage Dermalogica, « du pur sur-mesure où l'on travaille zone par zone, ce qui permet de bien cibler les problèmes » et celui à la paraffine chaude pour la beauté des mains et des pieds, pour hydrater en profondeur, il n'y a rien de plus efficace  

 

Le plaisir du partage

Dans son salon, Laura affiche d'autant plus fièrement son Beauty Forum Award du « Jeune créateur », qu'elle est arrivée à l'esthétique presque par hasard. Après des études de comptabilité et d'assistante de gestion, la jeune femme se lance dans la vente de prêt-à-porter pour enfants ! « Ma mère tenait une boutique. J'aimais beaucoup les contacts qui se créaient avec la clientèle. » Elle s'y épanouit jusqu'au jour où sa mère décide de fermer boutique, poussant ainsi la jeune femme à voler de ses propres ailes. Rapidement, la jeune femme à voler de ses propres ailes. Rapidement, l'esthétique s'impose. « J'ai toujours adoré le maquillage, l'onglerie , pour me détendre et par plaisir, il m'arrivait de suivre des formations. Certains s'inscrivent à des master-class de cuisine ou d’écriture, moi, je m'inscrivais à des cours d'esthétique. » Décidée à transformer sa passion en métier, Laura se doit de résoudre un problème de taille : « Je voulais être indépendante, mais pour ouvrir un institut, il faut détenir un CAP. » Qu'à cela ne tienne, elle s'inscrit à l'école Françoise Moricen , puis, son diplôme en poche, tout s’enchaîne très vite. « Je voulais un institut avec deux ou trois cabines. » À défaut de trouver un local vide, « je voulais m'installer rapidement et ne pas perdre des mois en recherches », Laura décide de reprendre un salon existant. « J'ai évidemment revu toute la décoration. Mais, du point de vue de la taille et surtout de l’emplacement, il répondait à toutes mes attentes. » S'installer non loin de la Porte à toutes mes attentes. » S'installer non loin de la Porte d'Auteuil, dans le 16e arrondissement de Paris, était un critère non négociable pour Laura. « C'est mon quartier depuis toujours, explique-t-elle. Je m'y sens bien et puis on y trouve une vraie vie de quartier. Les gens, les commerçants échangent, organisent des événements ce n'est pas pour rien qu'on le surnomme “le village d'Auteuil”. » Un choix judicieux, car cette convivialité est la principale source de son fichier client : « Le bouche-à-oreille, c'est le meilleur vecteur de communication. » 

 

ET POURQUOI PAS VOUS ?

Pour devenir l'institut du mois, envoyez-nous votre candidature sur institut@beauty-forum.fr


Les autres articles de la rubrique

Les 5 sens

Les 5 sens, la beauté récompensée

Il y a des projets qui méritent réflexion. Rebecca Metzger en sait quelque chose. «Après quatre années dans le commerce et des études d’esthétique, j’ai travaillé dans une chaîne d’épilation puis dans un institut à Colmar », retrace la jeune femme.

  • Par Isabelle Louet

Annamaya : l'art du bien-être

Premier prix des Spas de France urbains en 2014 et 2016, le succès d'Annamaya est avant tout celui d'une femme de caractère, Karine Aroutounian.

  • Par Isabelle Louet
Exclusivmen

Exclusive'men : un espace douceur

Créer des soins pour hommes, un défi que Céline a relevé haut la main avec Exclusive’men. Retour sur son parcours…

  • Par Isabelle Louet

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019