Travail et vie perso
  • Par Claudia Gesang
  • Posté le 26 avril 2018

Concilier travail et vie personnelle : le bon équilibre



En théorie, de nos jours, nous n’avons plus guère de raisons de nous plaindre d’un manque d’équilibre entre vie professionnelle et privée. Les luttes sociales des dernières décennies ont considérablement raccourci le temps de travail. À la clé, pour les travailleurs, la possibilité de s’investir davantage dans leurs relations personnelles, et l’accès à un temps accru de liberté et de loisirs au retour du travail, pour profiter de l’existence et décompresser après les phases de stress. 

Gérant(e)s d’institut : la course en permanence
En pratique, la réalité est souvent tout autre. Faute de temps et d’énergie, nous ne profitons pas vraiment des plaisirs de la vie au cours de notre semaine de travail. Les loisirs se voient donc repoussés aux jours de repos. Résultat : la masse d’idées et de projets qui se bousculent lors de ces périodes est si grande que ces loisirs deviennent sources de stress par eux-mêmes. Et au retour au travail, loin de nous sentir reposées et régénérées, nous sommes sur les rotules !
Un paradoxe qui nous concerne encore plus que les salariés, nous, dirigeant(e)s d’institut. 

Le métier, source d’énergie et de joie de vivre
Stop ! Arrêtons-nous un instant : nous avons choisi d’être indépendant(e)s, d’avoir notre propre institut. Une situation qui répond à un rêve ancré depuis des années. Il nous faut prendre en compte que la ligne de démarcation entre le travail et la vie privée n’est plus aussi claire qu’avant. A fortiori lorsqu’on travaille à son compte. La croyance fréquente selon laquelle il suffit de travailler moins pour disposer de plus de temps libre – et donc être bien – est erronée. Cet équilibre dépend essentiellement de la qualité de notre travail et de nos priorités. 

Écarter les relations toxiques
Nous, les femmes, laissons, plus souvent qu’à notre tour, notre bien-être personnel de côté, en restant sourdes à notre épuisement. Il est temps de dire que ça suffit et de commencer à reconsidérer nos valeurs. Et si nous éloignions, tout simplement, de notre institut, tous ceux ou celles qui nous enlèvent plus d’énergie qu’ils ne nous en fournissent ? Demandez-vous sérieusement si vous avez vraiment besoin de ces personnes-là. 

Écoutez-vous !
Personne n’a besoin d’être parfait 24 heures sur 24 : il est inutile de se donner à cent pour cent chaque jour ! Ne vous imposez pas de contraintes excessives. Fixez-vous des objectifs réalistes, tant au travail que dans votre vie privée. Apprenez à dire systématiquement « non » lorsque vous êtes confrontée à des demandes que vous ne pouvez pas satisfaire. 

Retrouvez l’intégralité de cet article dans votre numéro de mars.

A lire aussi
Procrastination, un syndrome à vaincre
Converser avec ses clientes : tout un art


Les autres articles de la rubrique

Une cabine où il fait bon travailler et se laisser dorloter

Le confort de la cabine, cœur de l’activité de l’institut, est essentiel aussi bien pour l’esthéticienne que pour la clientèle. Décor, mobilier, hygiène, sobriété, attentions personnalisées : tout doit être pensé afin de favoriser l’ambiance cocooning.

  • Par Florence Rissol

Objectif formation

Auteur dans des revues esthétiques professionnelles et formatrice en techniques de vente, Virginie Vioron animera le Beauty Focus ""3 conseils pour booster vos ventes" le 9 octobre prochain lors du salon Beauty Forum Paris. Elle lève le voile sur cette formation incontournable pour augmenter ses marges de profit.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

SOS stagiaires : comment les gérer ?

Rencontre du troisième type. Pas facile de trouver la perle rare, cette stagiaire qui arrivera tous les jours à l’heure, avec le sourire. Elle existe pourtant.

  • Par la Rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

  • Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.
  • Je m'inscris

Beauty Forum Paris 2018