archiman 1
  • Par Barbara Leblanc
  • Posté le 23 octobre 2018

Ils se sont lancés : Archiman, une marque insolente et iconoclaste pour les hommes

Réinventer la beauté masculine tout en célébrant son insolente élégance. Le pari des sœurs Coccellato, Karine et Stéphanie, est ambitieux. Toutes deux issues de l’industrie des cosmétiques (Urban Decay, L’Oréal), elles se sont toujours bien entendues et connaissent parfaitement leur métier : Karine, le développement produit, et Stéphanie, le back-office administratif.

Portées par leur âme aventurière et leur quête d’autonomie dans le travail, les deux femmes s’associent en 2017 pour lancer leur propre marque, « à partir d’une feuille toute blanche ». « Nous avons “benchmarké” le marché et nous nous sommes appuyées sur notre propre expérience, assure Karine Coccellato, présidente et cofondatrice de la marque. Et une évidence est rapidement apparue : à chaque fois que nous parlions cosmétiques et soins, nous sentions chez notre entourage masculin une certaine frustration ». Les deux femmes creusent ce segment et réalisent qu’aucune marque masculine ne propose de cosmétiques sans ingrédient controversé. Elles décident de bousculer le marché à travers leurs produits et l’image de leur marque Archiman. 

Démocratiser les cosmétiques masculins

Haro sur les parfums de synthèse, les huiles minérales ou autre sulfate. Elles dressent une « archiblacklist » pour éliminer tous les produits qu’elles ne souhaitent pas utiliser. À partir des ingrédients sélectionnés, elles cherchent des laboratoires prêts à les suivre dans leur démarche et lancent leur première gamme le 1er juin 2018. 

Crème hydratante, gel nettoyant trois-en-un ou encore sérum contiennent tous le même ingrédient : l’algue brune, réputée pour ses bienfaits antioxydants. La gamme Archiman est ainsi composée à 95 % d’ingrédients naturels, « non testés sur les animaux, mais sur les copains ».

Afin de démocratiser et décomplexer l’usage des cosmétiques chez les hommes, les deux fondatrices s’inspirent de leur expérience chez Urban Decay pour proposer des packagings et des slogans décalés et insolents, comme « Entretenez le voyeur qui est en vous » ou « Mettez votre peau sous acide ». Chaque produit possède sa propre illustration aux effets d’optique, avec pour objectif « d’amuser et d’offrir une expérience complète aux clients ». « Nous voulions créer une entreprise à notre image, réinventer l’univers des soins pour hommes avec beaucoup d’humour et d’insolence tout en valorisant le savoir-faire français », souligne Stéphanie Coccellato, directrice générale et cofondatrice d’Archiman. 

Cap sur les femmes et les hommes du monde 

Si les deux fondatrices proposent leurs produits sur leur e-shop, elles sont en négociation avec plusieurs distributeurs et ambitionnent de lancer de nouveaux produits avant la fin de l’année et d’en proposer ensuite tous les trois mois. En mettant toujours le cap sur l’importance du soin et de la protection de la peau. « Nous voulons être la première marque que les nanas piquent à leurs jules ! » 

Pour 2019, le challenge sera encore plus grand puisqu’elles entendent conquérir les marchés étrangers, attirés par le savoir-faire français dans le monde des cosmétiques. 

 

Vous avez sauté le pas et ouvert votre institut ou créé votre marque ? 
Envoyez-nous votre candidature sur 
 institut@health-and-beauty.fr 


Les autres articles de la rubrique

CNEP/UPB

L’ UPB peut s'enorgueillir de figurer parmi les leaders en matière d'innovation pédagogique

La reforme de la formation professionnelle encourage la formation digitale au service des personnels travaillant dans TPE/PME. L’UPB n’a pas attendu la parution de tous les décrets d'application pour se positionner. Notre organisation syndicale a passé un accord de partenariat avec les sociétés DMM associés et BODYLOOK pour vous permettre de vous former sur une application MOBILE LEARNING. Cette solution technique vous permet de vous former quand vous le souhaitez, au rythme qui vous convient et de manière ludique.

  • Par CNEP/UPB

Les mots du bien-être : anglicismes

Mine de rien, les termes anglais ont envahi le vocabulaire du bien-être, au point de tourner au jargon spécialisé, accessible aux seuls initiés. Voici quelques définitions simples pour vous y retrouver dans la jungle des mots du bien-être.

  • Par la Rédaction
CLAIRE APPLI FEBEA

CLAIRE : l’appli de la FEBEA

Si les applis (Clean Beauty, Cosmetics, INCI Beauty, quel cosmetic, Yuka, etc.) censées lever les interrogations des consommateurs sur leurs produits cosmétiques se multiplient, toutes n’apportent pas la même pertinence indispensable pour faire les bons choix. Du scan du code-barres à la sanction d’une note, l’analyse des ingrédients doit avant tout reposer sur une base scientifique pour fournir, au grand public comme aux professionnels, une information claire et crédible.

  • Par La rédaction

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris