principes-actifs-comment-les-utiliser-au-mieux
  • Par Claudia Helsper
  • Posté le 22 septembre 2020

Principes actifs : COMMENT LES UTILISER AU MIEUX

Cosmétique médicale, cosméceutique, cosmétique naturelle ou biologique : ces dernières années, de nombreux termes ont fleuri dans le paysage de l’esthétique. Conséquence : une confusion accrue
concernant l’effet optimal ou le dosage des principes actifs pour les utilisateurs finaux. Les esthéticiennes mettent au premier plan la tolérabilité des principes actifs, conditionnée par une exigence absolue : « Ce produit doit être sûr. » En revanche, la quantité de principes actifs dans un pro-duit, aspect important s’il en est, est plus rarement mise en
avant. De fait, ni l’esthéticienne ni l’utilisateur final ne sont capables de tracer quelle teneur en principes actifs est utilisée dans un produit et comment celle-ci agit précisément.
Connaissance des principes actifs. Il est impossible de considérer les principes actifs indépendamment des substances qui les accompagnent. Sans eau, lipides ou émulsifiants, les principes actifs ne peuvent pas pénétrer dans la peau. C’est pourquoi, quelle que soit leur nature, l’émulsion doit être de grande qualité

Les principes actifs doivent-ils être d’origine naturelle ou synthétique ? Une question souvent débattue. Tout dépend, en réalité, du domaine d’application du produit. Les substances naturelles n’étant pas systématiquement meilleures que celles issues de la chimie. Toutes réagissent en effet comme elles se comportent dans la nature. Susceptibles, par exemple, d’être porteuses d’allergènes (pollen, noix, agrumes, herbes, huiles essentielles, etc.), elles doivent être testées au creux du bras pour pallier tout risque pour les clients. Pour ceux qui sont allergiques, les produits cosmétiques naturels renferment certains principes actifs qui forment des boucliers protecteurs sur la peau, tels que l’Apolluskin, la soie végétale ou l’extrait de graines de moringa.

Peau très sensible

Face à une peau très sensible, il faut, au premier chef, déterminer la source de cette sensibilité. C’est ce facteur déclenchant qui déterminera le choix de tel ou tel principe actif. Pour les peaux irritées, des principes actifs tels que le peptide biomimétique Neutrazen sont très utiles, car ils ont une action bénéfique sur les petits nerfs sensitifs. Le Neuromed, issu de l’indigo sauvage, abaisse le niveau de cortisone causé par le stress. L’acide boswellique est un anti-inflammatoire puissant qui régule les rougeurs et les irritations causées par les enzymes agressifs. L’aloe vera rafraîchit, apaise et hydrate la surface de l’épiderme

Rééquilibrage du système immunitaire

Dans certains cas, c’est la couche supérieure de l’épiderme, le microbiome de la couche cornée (film protecteur acide de la peau), qui est perturbée. Celle-ci doit alors avant tout être rééquilibrée à l’aide de principes actifs probiotiques et pré-biotiques. Avec la popularisation de soins tels que la micro-dermabrasion, le microneedling, le gommage sous toutes ses formes ou les solutions alcoolisées, cette stratégie apparaît de plus en plus nécessaire, car ces traitements peuvent parfois entraîner un dessèchement cutané : ils déséquilibrent la couche principale de la peau et la rendent vulnérable aux bactéries, aux champignons et aux virus, avec, pour conséquence, d’autres types de sensibilités comme des irritations,
des rougeurs, des démangeaisons ou même des maladies de peau comme le psoriasis ou le zona.

Plusieurs produits revêtent un effet stabilisant sur un système immunitaire perturbé. Ceux contenant du bêta-glucane stimulent les cellules de Langerhans, de puissantes actrices de l’immunité. Les soins à base de Celldetox, activateur de l’autophagie cellulaire, sont également efficaces. De même que ceux contenant des extraits de plancton qui procurent de l’énergie aux mitochondries, ou encore des minéraux tels que le zinc et le sélénium. Une simple application sur les couches supérieures de l’épiderme est suffisante pour obtenir un résultat.

Autre élément précieux : les vitamines, très appréciées des clients. Principe actif agressif, la vitamine C doit toutefois être maniée avec précaution, d’autant plus si la peau est sensible.

Bien comprendre les informations produit

Pour la plupart des principes actifs, leur teneur dans le produit n’est pas l’information principale recherchée par les utilisa-teurs. Mais, dans le cas de composants potentiellement irritants comme l’acide hyaluronique ou les acides de fruits, les informations des fabricants peuvent induire en erreur les esthéticiennes comme les clients.

› Acide hyaluronique (HA)

L’acide hyaluronique (« Hyaluronan », « HA » selon la nouvelle nomenclature) est un glycosaminoglycane, à savoir un com-posant essentiel du tissu conjonctif. Il a notamment la capacité d’absorber de très grandes quantités d’eau (jusqu’à 6 litres par gramme). Ainsi, le vitré de l’œil humain est composé à 98 %
d’eau, avec seulement 2 % d’acide hyaluronique. Cependant, comme les grandes molécules d’acide hyaluronique sont dif-ficiles à absorber intégralement par la peau, des fragments de dégradation de ce composant peuvent être utilisés. Pour ce faire, on utilise de l’acide hyaluronique fragmenté, à chaîne longue ou courte, à poids moléculaire faible ou élevé, réticulé ou non réticulé. Ces fragments, appelés « HAF », ont un poids moléculaire inférieur (par exemple, 50 à 130 kilodaltons), ce qui facilite leur pénétration dans la peau. Il existe différentes préconisations sur la quantité d’acide hyaluronique « simple » ou « pur » à utiliser. En raison de la capacité élevée d’absorption d’eau de l’acide hyaluronique, les produits contenant 25 % d’acide hyaluronique ne sont pas exploitables : ils seraient si compacts qu’il se révélerait impossible de les extraire du tube ou de l’ampoule. Malheureusement, l’idée reçue des clients est souvent tenace : « Avec autant de principes actifs, ce produit doit être meilleur que les autres. »

Si les publicités promettent des concentrations de 10 % ou plus (certaines marques avancent même 25 %), ces informa-tions s’avèrent trompeuses. Ce taux correspond en réalité à la concentration de gel dans le produit final. Une concentra-tion de 1 % d’acide hyaluronique dans un gel aqueux utilisé à 10 % donne une concentration réelle de 0,1 %. Un dosage de 0,1 à 0,2 % de la substance sèche augmente considérablement la consistance des gels.

› Acides de fruits (AHA)

Ici aussi, les pourcentages peuvent être trompeurs. Certaines sociétés vantent des concentrations de 40 à 50 %, voire davan-tage. Il n’est pas indiqué clairement s’il s’agit d’acides de fruits purs ou de mélanges (par exemple, d’AHA et d’acide hyalu-ronique), ni si ces produits contiennent des agents tampons

– produits chimiques permettant de maintenir intact le pH d’une substance

– et dans quelle proportion. Un produit contenant 40 % d’AHA avec un pH de 1,5 endommagerait considérablement la peau. Ce qui est absolument exclu pour un usage en institut de beauté.

Le pH d’une peau saine est compris entre 5,5 et 6,5, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un environnement légèrement acide. Si le pH est trop bas, il est nocif pour la peau. Idem, s’il est trop élevé (pH de 8 ou 10, ou milieu alcalin). Les AHA doivent avoir un pH maximum de 3,5. Ce pH est régulé par exposition des actifs de fruits pendant un temps adéquat à un neutralisant sous forme d’ampoule ou à un gel ou un fluide contenant des céréales bio.

Des produits à la composition réglementée

Le législateur français et les directives de l’Union européenne réglementent la concentration des différentes matières premières utilisées dans les produits cosmétiques et pharmaceutiques ou les médicaments. Pour rappel, les produits cosmétiques et leurs ingrédients ne doivent avoir qu’un effet de surface.
Le concept anti-âge parfait ne doit pas se concentrer uniquement sur les rides, mais également préserver les fonctions de la peau, la protéger et avoir un effet préventif. Pour que celle-ci reste belle et bien protégée contre le vieillissement, il est important qu’elle demeure à l’abri de tout élément stressant. W

Abonnez-vous ici au magazine Beauty Forum pour recevoir chaque mois nos conseils d'experts !


Les autres articles de la rubrique

massage-des-mains

Le massage des mains pour toucher vos clients autrement !

Si le massage des zones réflexes des pieds trône en bonne place sur les cartes de soins des instituts, le massage des mains, lui, demeure plus confidentiel. La paume de la main étant une zone irriguée par d’innombrables voies nerveuses, ce type de soin peut être aussi profondément relaxant qu’un massage du dos !

  • Par Simone Schneider

Rituel décolleté-bras

Spécifique – Souvent négligé dans les rituels, le buste nécessite un soin spécifique pour conserver toute sa beauté.

  • Par Anne-Sophie Gamelin

Christal qui songe

Cosmétique naturelle et pierre précieuse ont tout pour s’entendre. Quand une esthéticienne bien formée utilise un cristal de roche en combinaison avec des produits haut de gamme, le soin devient un moment exceptionnel

  • Par Beauty Forum

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019