SPA PURE ALTITUDE DU LODGE PARK MEGEVE
  • Par Marie-Paule Leblanc
  • Posté le 14 mars 2019

To be spa or not to be spa ?

Lorsque l’équipe de BEAUTY FORUM m’a proposé ce sujet, j’ai pensé à ces expériences uniques et extrêmes, comme le Tesmazcal au Mexique - hutte à sudation qui nettoie le corps et l’âme -, les mofettes en Transylvanie, fumerolles thérapeutiques pour dynamiser la circulation sanguine, accompagnées d’enveloppements de boue et de gommages… En Allemagne, chez Douglas, j’ai découvert un nail spa, à Londres, un dog spa, nouveau concept pour une boutique de toilettage, sans parler d’un projet dédié aux chevaux dans le nord de l’Hexagone. La question est donc légitime et plus que jamais d’actualité : en France, que signifie le terme « spa » aujourd’hui et comment se positionner ?

Définir le spa : pas si simple
Historiquement, nous évoquons souvent le concept de spa comme transmis par les Anglo-Saxons, qui n’auraient pas eu le bonheur de connaître la thalassothérapie. Si j’écoute mes amis de l’ancien bloc soviétique, je comprends que la notion d’eau est inséparable de celle du spa. Vladi Kovanik, femme passionnée et créatrice du forum Hot Spa, fait souvent référence à la tradition des bains hongrois, véritables places publiques, où l’on fait des affaires et où l’on se soigne par l’eau (sanitas per aquam). Il y a bien eu une tentative de l’Afnor, en février 2014, pour définir les exigences relatives à la conception et au fonctionnement des spas de bien-être, avec ou sans hébergement. Bien que cela soit regrettable, force est de constater que cette norme, pourtant élaborée par des professionnels de la filière, peine à faire autorité.
J’ai aussi pensé à la définition Ispa (International Spa Association) : « Les spas sont des endroits dévolus au bien-être global à travers une diversité de services professionnels, qui favorisent le ressourcement du corps et de l’esprit. » Dès lors, les instituts et salons de coiffure pourraient être tous considérés comme des spas.

En France, spa ou institut ?
On pourrait se demander, en France, pourquoi l’institut voudrait désormais se faire appeler spa. En son temps, Jacques Courtin, le fondateur de Clarins, revendiquait un vrai savoir-faire institut et estimait que, puisque le client ne se baignait pas, il s’agissait d’un institut et non d’un spa. Je suis assez d’accord avec cette conception. L’appellation
Clarins Skinspa, donnée désormais aux cabines d’institut en grands magasins ou aux boutiques retail avec cabines, est explicite dans tous les pays du monde et illustre bien cette difficulté à traduire le terme d’institut, qui n’a pas d’équivalent anglo-saxon (beauty salon ou beauty parlour).
À Paris, sur les Champs-Elysées, Biologique Recherche se définit comme « ambassade de la beauté ». Personnellement, je l’appellerais institut, au sens le plus noble du terme. Maria Galland est aussi une marque d’institut, reconnue pour la qualité de ses produits et l’excellence manuelle de sa méthode. À Conflans-Sainte-Honorine, l’Instant Bien-Être, récompensé par un BEAUTY FORUM Award Meilleur lieu de bien-être en 2018, fait partie de ces belles adresses d’institut. Mélanie a une main incroyable et un grand cœur. Alors, spa ou institut ? Je dirais que ce qui est important, c’est bien l’intention qui est derrière.

La promesse, plus forte que l’appellation
À l’inverse, un hammam est-il un spa ? Charme d’Orient propose une expérience authentique boulevard du Temple, dans le Marais à Paris. Ce sont moins les produits qui sont mis en avant que le savoir-faire ancestral. Ainsi, j’ai envie de vous dire : gardons bien ces spécificités, sans les lisser sous le terme de spa.

Pour découvrir l’intégralité de l’article, commandez le numéro de février de Beauty Forum

A lire aussi
Concilier travail et vie personnelle : le bon équilibre
Etudier sa concurrence, une étape indispensable


Les autres articles de la rubrique

Une cabine où il fait bon travailler et se laisser dorloter

Le confort de la cabine, cœur de l’activité de l’institut, est essentiel aussi bien pour l’esthéticienne que pour la clientèle. Décor, mobilier, hygiène, sobriété, attentions personnalisées : tout doit être pensé afin de favoriser l’ambiance cocooning.

  • Par Florence Rissol

5 conseils pour mettre le client au coeur de votre institut

Il existe deux axes pour développer votre chiffre d’affaires : fidéliser votre clientèle et acquérir de nouveaux clients. Toutefois, partir à leur conquête coûte cinq fois plus cher que de les fidéliser. De plus, on sait qu’un client satisfait le partage avec trois personnes. En revanche, son mécontentement, lui, se répand auprès de douze individus. D’où l’importance d’analyser votre parcours clients pour le rentabiliser au mieux tout en comblant ces derniers.

  • Par Valérie Delforge

Les ventes additionnelles en Institut

Quand l’objection n’est qu’un prétexte BOOSTER SES VENTES : PRESCRIT… VENDU !! Faire exploser son chiffre d’affaires produits, c’est possible ! Car aucune femme ne se  rend dans un institut pour faire des économies… La clé, selon Paul Reinhold Linn, expert en vente : apprendre à prescrire.

  • Par Beauty Forum

Je m'abonne

Gagnez du temps, abonnez-vous en ligne

Categories

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter Beauty Forum et recevez en avant première toute l'actualité beauté et bien-être.

    JE M'INSCRIS !

Beauty Forum Paris 2019