beauty-forum-2021

L'actualité des professionnels de la beauté et du bien-être

Accueil » Vigilance » VIOLENCES FAITES AUX FEMMES : LE SECTEUR COSMÉTIQUE S’ENGAGE
j

Auteur(s) : Communiqué

28/11/2022

Share
violences femmes

A l’occasion de la Journée Internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, qui s’est déroulée le 25 novembre dernier, le secteur cosmétique a renouvelé sa mobilisation aux côtés du gouvernement.

 

 

Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA), Confédération nationale de l’esthétique parfumerie (CNEP), Fédération française de la parfumerie sélective (FFPS), Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC) et pôle de compétitivité Cosmetic Valley : ce ne sont pas moins de cinq acteurs majeurs de la représentation professionnelle, qui se sont mobilisés aux côtés du gouvernement pour faire connaître les dispositifs d’alerte et d’accompagnement des victimes et témoins de violences.

Violences faites aux femmes : le secteur cosmétique, un témoin privilégié

Les marques cosmétiques, tout comme les professionnels qui travaillent au quotidien en instituts de beauté et de bien-être, en parfumerie ou en salons de coiffure, entretiennent un lien privilégié avec les femmes. L’exercice de ces métiers en contact avec le corps des femmes est parfois l’occasion d’y observer des traces de violences ou d’échanger avec des victimes. De même, les métiers de la filière cosmétique étant en majorité exercés par des femmes, elles peuvent, elles aussi, être victimes de violence. Pour toutes ces raisons, l’ensemble des métiers de la beauté et du bien-être ont décidé de se réunir pour soutenir l’action du gouvernement dans la lutte contre les violences en relayant, au plus près des femmes, les outils d’alerte et d’accompagnement.

Informer sur les outils à disposition des victimes et témoins

Grâce à cette mobilisation exceptionnelle, des dizaines de milliers de points de vente répartis dans toute la France, aux côtés de très nombreuses marques de cosmétique, vont pouvoir informer leurs clientes des outils mis à la disposition des victimes et témoins de violences :

  • Le 3919, numéro national d’écoute anonyme et gratuit, disponible 24h/24 et 7j/7
  • La plateforme de signalement en ligne anonyme et gratuite arretonslesviolences.gouv.fr
  • Deux numéros d’urgence sont également accessibles : le 17 pour contacter la police et la gendarmerie et le 114, activable par SMS ou par chat destiné aux personnes ayant des difficultés à parler ou à entendre. Ces numéros sont gratuits et disponibles 24h/24 et 7j/7.

Pour Isabelle Rome, ministre déléguée auprès de la Première ministre chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, « Face aux violences faites aux femmes, nous devons ne rien laisser passer. La lutte contre ce fléau indigne de notre civilisation nous concerne tous et doit mobiliser toute notre société. Je me réjouis que les entreprises du secteur cosmétique s’engagent de manière concrète au service des femmes victimes de violences. C’est à travers ce type d’actions concrètes, réunissant associations et entreprises, que nous parviendrons à enrayer ce fléau ». De son côté, Régine Ferrère, présidente de la CNEP, rappelle que « l’importance de l’enjeu dépasse largement la journée du 25 novembre. La mobilisation peut donc se mettre en place et se prolonger autant que possible ».

A lire aussi : Le top 10 des nouveautés de novembre