beauty-forum-2021

L'actualité des professionnels de la beauté et du bien-être

Accueil » Tendances et Nouveautés » ZOOM SUR LA COSMÉTIQUE VEGAN
j

Auteur(s) : Catherine Piraud-Rouet

7/02/2022

Share
COSMETIQUE VEGAN

Le marché des cosmétiques vegans est en plein essor. Mais comment s’y retrouver entre différentes labellisations voisines vantant toutes le respect de la cause animale et/ou des ingrédients bio ? Nos réponses.

   

Le marché mondial des cosmétiques vegans devrait atteindre 20,8 milliards de dollars d’ici 2025, selon un rapport de l’institut Grand View Research. Une croissance notamment boostée par la demande des « millennials » (consommateurs nés entre 1980 et 2000). En conséquence, les produits de beauté estampillés « vegans » sont de plus en plus nombreux. Mais que cache réellement cette appellation et comment s’y retrouver parmi tous les cosmétiques dits vegans et/ou non testés sur les animaux ?

 Absence de tout ingrédient d’origine animale

Un cosmétique vegan est d’abord un produit de beauté formulé sans test sur des animaux. Une interdiction qui n’est d’ailleurs pas une caractéristique propre à ces produits, mais la norme dans toute l’Union Européenne depuis mars 2013. La spécificité réelle des cosmétiques vegans est qu’ils ne comprennent aucun ingrédient issu d’animaux ou de l’exploitation de ceux-ci. Ce qui exclut toutes les graisses animales, mais aussi des produits comme les œufs, la cire d’abeille, le propolis, le miel, le lait, le cuir, la laine, la kératine ou le lait d’ânesse. Les poils de chèvre dans les pinceaux de maquillage sont bannis, tout comme les cochenilles écrasées pour fabriquer le carmin du rouge à lèvres ou encore les huiles de baleine ou de poisson. Vous n’y trouverez pas non plus de lanoline, une graisse obtenue à partir de la laine de mouton, dans les crèmes hydratantes et les baumes. Exit, aussi, le collagène, la glycérine et la kératine issus de protéines animales.

Vegan : ne pas confondre avec d’autres étiquettes

Les cosmétiques vegan ne doivent pas être confondus avec d‘autres types de cosmétiques naturels, comme les cosmétiques bio ou « cruelty free » (n’impliquant aucune cruauté envers la gent animale). Un cosmétique vegan n’est pas forcément bio, car un cosmétique bio n’est jamais testé sur les animaux, il peut toutefois contenir des matières issues de l’animal. De même, si un produit de beauté vegan est logiquement « cruelty free », un cosmétique « cruelty free » garantit l’absence de test sur les animaux, mais n’interdit pas les ingrédients naturels produits par l’animal. Un flou que certaines marques n’ont pas hésité à exploiter, en se revendiquant « vegan » alors que leur formulation relève avant tout de la pétrochimie (silicone, diméticone…). D’où la nécessité de bien lire les étiquettes, notamment si l’on recherche un positionnement global vers davantage de naturel et d’éthique. Et de retenir qu’un cosmétique vegan n’est pas nécessairement plus sain ou plus « green ».

 Des stratégies de substitution très abouties

Les (vraies) marques de cosmétiques vegans rivalisent de recherches pour remplacer les ingrédients d’origine animale contre d’autres d’origine végétale. Elles utilisent des cires végétales, aux propriétés hydratantes et protectrices, en lieu et place de la cire d’abeille. L’acide hyaluronique, repulpant pour la peau, peut être issu du blé. Autre ingrédient précieux : le wakamé, une algue qui aide au bon renouvellement cellulaire. Elles font aussi appel à des méthodes d’expérimentation modernes qui n’utilisent pas d’animaux, mais des cellules et des tissus humains. Pour un institut, proposer des produits et des soins vegans va aussi de pair, dans l’idéal, avec un engagement global en matière de respect de la nature.

Les principaux labels vegan

  • Vegan Society. Ce label d’origine britannique est le standard international pour les produits vegans en général, mais il ne garantit pas l’absence de test sur les animaux dans les pays les autorisant.
  • Vegan & Cruelty Free de la PETA (Pour une Ethique dans le Traitement des Animaux). Délivré par la célèbre organisation américaine de lutte contre la violence animale, il est réputé comme le plus restrictif.
  • Certifié Vegan. Il est délivré par la Vegan Awareness Fondation.
  • Expertise Vegan Europe (EVE Vegan) : la seule certification française en la matière.

Ces labels vegans sont à différencier des labels bio, ainsi que des labels « cruelty free » qui certifient uniquement l’absence de tests sur les animaux (« Cruelty free » de la PETA, « Leaping Bunny », label One Voice…). A noter que même en l’absence de label, un cosmétique peut très bien être vegan s’il est non testé sur les animaux et ne contient pas d’ingrédients d’origine animale.

A lire aussi : Clean beauty : il est temps de passer au vert