beauty-forum-2021

L'actualité des professionnels de la beauté et du bien-être

Accueil » Tendances et Nouveautés » L’INSTITUT VERSION NATUREL EN 4 CONSEILS

Aujourd’hui, le naturel s’affirme et fait de l’ombre au conventionnel, même dans le secteur de l’esthétique. De plus en plus d’instituts vantent leur attrait pour la « beauté green » en proposant des soins spécifiques à une clientèle qui n’en a jamais été aussi friande. Il est donc indispensable de répondre à ces attentes précises et à ces envies de « vert ». 4 pistes pour s’y mettre.

 

Ne pas s’arrêter à la mention « bio »

Que vous soyez à la tête d’un institut traditionnel ou militante de la beauté naturelle, le message n’est pas seulement de proposer une gamme bio. Même si un label est souvent rassurant et garant de l’absence de perturbateurs endocriniens ou autres molécules nuisibles, attention à ne pas tomber dans le piège du « business bio ». Une multitude de produits bio sont proposés sur le marché mais, comparés à des produits artisanaux, ils ne présentent pas forcément une composition parfaite. La qualité d’un cosmétique se juge à la liste des ingrédients qui le composent et non au label. La liste INCI (International nomenclature for cosmetic ingredients) doit être votre seul repère. Sous cette abréviation, se cachent les informations nécessaires à l’analyse de sa qualité. Tout professionnel de la beauté doit savoir l’examiner et lui porter un regard critique.

Faire attention au greenwashing  

Rester vigilante face à la manipulation médiatique est de mise pour ne pas tomber sous le coup de la publicité mensongère. L’engouement pour les cosmétiques bio incite trop de fabricants à présenter comme naturels des produits qui ne le méritent pas. Mise en avant d’actifs botaniques, couleur des emballages, végétaux représentés, noms, slogans attirants, tout est bon pour suggérer la naturalité. C’est donc une technique marketing qui veut faire passer un produit pour écologique et sain, alors qu’il ne l’est pas nécessairement. Vert à l’extérieur, synthétique à l’intérieur, c’est ce qu’on appelle du greenwashing.

Opter pour le sur-mesure

La peau nous parle. Son état est le reflet de nombreux éléments, comme le stress, la fatigue, le surmenage, une mauvaise hygiène, un dérèglement hormonal… Respecter ses besoins est la règle d’or en beauté naturelle. Maîtriser la chronobiologie cutanée (rythmes naturels et besoins physiologiques de la peau) est essentiel, car c’est la clé de la réussite pour une esthéticienne. Chaque peau est unique, donc chaque soin doit l’être aussi. Exit les protocoles identiques pour tous. Savoir à quel moment de la journée il est préférable d’appliquer tel ou tel actif renforce les résultats des soins et, par conséquent, la satisfaction des clients. Ceux-ci, une fois qu’ils auront trouvé une esthéticienne experte, ne la quitteront plus. Il faut donc aller plus loin dans son approche et ne pas se contenter d’utiliser des produits bio et/ou naturels.

Utiliser des actifs bruts et bannir les molécules chimiques

Il vous faut limiter l’utilisation d’ingrédients indésirables comme les huiles minérales, les silicones, les conservateurs, le triclosan, les PEG, les BHA/BHT et les parabènes. Privilégiez leur version naturelle ou bio exempte de particules issues de la pétrochimie. Et proposez des soins d’exception à base de cosmétiques naturels, ainsi que des matières brutes venues idéalement de producteurs locaux ou français, tels qu’argiles, algues, huiles végétales, macérâts, hydrolats…